From Mageia wiki
Jump to: navigation, search


Drakconf multiflag.png
Autres langues

Deutsch ; English ; Español ; Français ; Italiano ; Portuguese (Portugal) ;


Contents

Introduction

Mageia est un système d’exploitation libre de la famille GNU/Linux, qui peut être installé sur les ordinateurs soit comme système d’exploitation principal, soit comme système alternatif avec un ou plusieurs systèmes préinstallés (double amorçage). C’est un projet communautaire soutenu par l’organisation à but non lucratif Mageia.org, composée de contributeurs élus. Mageia est développé par et pour sa communauté d’utilisateurs, et convient à toutes les personnes, des nouveaux utilisateurs GNU/Linux aux développeurs avancés ou aux administrateurs systèmes.

La dernière version stable du projet Mageia, Mageia 8 a été développée depuis plus d’un an. Elle sera prise en charge avec des mises à jour de sécurité et des corrections de bogue pendant 18 mois, jusqu’en octobre 2022.

Supports d’installation disponibles

Mageia fournit trois Supports d’installation distincts :

  • Les ISOs Classiques (Supports 32-bit, et 64-bit), qui utilisent l’interface classique de DrakX. Les ISO de DVD 32 et 64 bits contiennent tous les environnements linguistiques (locales) supportés, une grande variété de paquets parmi lesquels il est possible de choisir (y compris la plupart des environnements de bureau pris en charge) et tous les pilotes non libres. L’utilisation de paquets non libres peut être désactivée pendant l’installation. Notez que, par décision, l’installation classique n’utilisera pas de pilotes non libres pendant l’installation. Vous pouvez donc avoir besoin d’une connexion Ethernet filaire si vous souhaitez utiliser des dépôts en ligne pour les mises à jour pendant l’installation.
  • Installation des ISO en réseau (32 bits et 64 bits, dans les versions free et nonfree), sont de taille minimale et ne contiennent que l'installateur Étape 1, qui contient le support matériel nécessaire pour démarrer, se connecter au réseau et télécharger l’étape 2. Vous aurez peut-être besoin d’une version nonfree pour disposer des pilotes nécessaires, par exemple pour le wifi. À partir de là, il agit comme un outil d’installation ISO classique, sauf qu’il récupère tout en utilisant le réseau, à partir du dépôt Mageia ou d’un autre dépôt, éventuellement local.Note : C’est une bonne idée de faire d’abord une installation minimale, et d’installer le reste à partir du système cible démarré – en particulier pendant la phase de développement de Mageia (alpha, beta RC) où les paquets et surtout les fichiers qui les contiennent changent fréquemment. Note : Les ISO Installation réseau ne sont pas adaptés au démarrage sur EFI 32 bits.
  • Les ISOs autonomes peuvent être démarrées directement et également être utilisés pour avoir un aperçu de la distribution, et constituent une alternative d’installation pour disposer de Mageia sur votre disque dur. Les supports autonomes comprennent les environnements de bureau Plasma (64 bits), GNOME (64 bits) ou Xfce (32 ou 64 bits). Le support autonome contient toutes les langues et paramètres régionaux supportés, un large support matériel, et une présélection de logiciels, ce qui permet de commencer plus rapidement à travailler avec Mageia. Notez que nous avons ajouté une fonction de persistance optionnelle qui préserve les fichiers des utilisateurs et la personnalisation du système au prochain démarrage, optionnellement chiffrée. Maintenant, vous pouvez facilement emporter Mageia et vos dossiers avec vous ! Le mode de persistance nécessite « moins » de RAM. Astuce : Pour optimiser votre installation ou la mise à jour, vous pouvez désinstaller des paquets, voir USB autonome persistent et davantage sur cette page. Vous pouvez également faire fonctionner votre propre système autonome !

Toutes les images ISO peuvent être gravées sur un DVD ou écrites sur un périphérique USB. Faites attention à la capacité de la clé, par exemple, une image de 4 Go peut être trop grosse pour certaines clés indiquées à 4 Go en raison de l’arrondi de la taille en Go.

Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page de documentation concernant les media d’installation.

Vous trouverez les différentes options de téléchargement sur la page de téléchargement Mageia 8 : les téléchargements directs (FTP et HTTP) et BitTorrent sont disponibles.

Les dépôts en ligne de Mageia

Les logiciels inclus dans Mageia sont répartis dans trois dépôts/médias différents, selon le type de licence appliquée à chaque logiciel. Voici un aperçu de ces dépôts :

  • Core : Les dépôts Core (de base) contiennent les paquetages de logiciels libres et open-source, c’est-à-dire les paquetages sous licence libre et open-source, l’ensemble des médias Core est ajouté par défaut et les dépôts « Core Release » et « Core Updates » sont activés par défaut.
  • Nonfree : Les dépôts Nonfree comprennent des paquets qui sont offerts et libres de redistribution, mais contiennent des logiciels à source fermée (d’où le nom – Nonfree). Par exemple, ces dépôts comprennent des pilotes de cartes graphiques propriétaires NVIDIA et AMD/ATI, des micrologiciels pour diverses cartes Wifis, etc.

L’ensemble des médias Nonfree (non-libres) sont activés par défaut mais peuvent être désactivé, si nécessaire, lors de l’installation.

  • Tainted : les dépôts Tainted (« contaminé », « entaché ») contiennent des paquetages sous différentes licences, celles qui sont libres et non libres, mais le principal critère pour placer les paquetages dans ces dépôts est qu’ils peuvent enfreindre des brevets ou des lois sur le droit d’auteur (copyright) dans certains pays (par exemple les codecs multimédia nécessaires pour lire des fichiers audio/vidéo de différents types, les paquetages essentiels pour lire les DVD vidéo du commerce…)

L’ensemble des médias Tainted sont configurés, mais sont désactivés par défaut, c’est-à-dire qu’ils nécessitent un consentement préalable, donc vérifiez vos lois locales avant d’utiliser les paquetages provenant de ces dépôts.
Ces dépôts sont uniquement ajoutés pour raisons de commodité pour les utilisateurs. Ils sont à Mageia ce que le dépôt RPM Fusion est à Fedora, mais avec une plus haute qualité, car ils sont exclusivement conçus par les développeurs de Mageia.

Dépôts 32 bits sur des systèmes 64 bits

Veuillez également noter que sur un système 64 bits, les dépôts 32 bits sont configurés, mais sont arrêtés par défaut. Ils sont nécessaires pour certains paquets, comme celui de Steam. Si vous voulez installer de tels paquets qui ont des dépendances sur des paquets provenant de dépôts 32 bits, veuillez vous assurer que vous avez activé « Core 32bit Release » et « Core 32bit Updates ». De même, dans certains cas, le 32 bits nonfree ou Tainted (à la fois dans les versons Release et Updates) peut être nécessaire. Règles de base : N’activez pas les dépôts 32 bits sans les dépôts 64 bits correspondant, car les bibliothèques 64 bits sont préférables (généralement) sur les systèmes 64 bits, et une fois qu’un dèpôt 32 bits est utilisé, gardez les deux versions « Release » et « Updates » activées pour ne pas entraver les mises à jour.

Principales nouveautés de la version

Analyse plus rapide des métadonnées des paquets

Les métadonnées Urpmi sont compressées avec Zstd au lieu de Xz ce qui permet une analyse plus rapide.

Python2 a pratiquement disparu

La plupart des modules et logiciels python2 ont été supprimés.

Support ARM

Le portage ARM (Advanced RISC (Reduced Instruction Set Computing Machine) continue sur sa lancée avec Mageia 8 avec des améliorations. Le noyau est disponible pour ARMv7 et AArch64.

Il n’y a pas d’installateur traditionnel pour l’instant, et il est encore considéré comme expérimental, mais la plupart de la distribution a été construite avec succès sur les deux architectures (voir notre aperçu de l’état ARM pour informations). Il est prévu de proposer des images d’installation pour les périphériques ARM populaires dans les prochains mois. Il n’y a pas de date prévue pour l’instant, au moment de la sortie de Mageia 8.

Drakboot est maintenant en mesure de mettre en place l’UEFI sur AArch64.

Principaux développements

Installation

Étape 1

  • Le support matériel a été étendu pour pouvoir démarrer le programme d’installation sur des ordinateurs très récents et prendre en charge davantage de matériel wifi.
  • Le support NFS se fait à l’aide d’outil système plutôt qu’à l’aide de notre code NFS bifurqué il y a 15 ans, ce qui a permis d’obtenir le support de NFSv4 & co…
  • L’étape 1 prend en charge le chargement de l’étape 2 par Wi-Fi chiffré WPA2 (mga#9541) (WEP est toujours pris en charge)

Étape 2

  • Beaucoup de corrections de bogues et d’améliorations dans l’outil de partitionnement.
  • L’image Squashfs de la phase 2 est désormais compressée avec Zstd au lieu de Xz pour un démarrage plus rapide
  • Support des systèmes de fichiers :
    • Assistance lors de l’installation sur F2FS (en mode expert)
    • Support Nilfs2 amélioré : peut maintenant être reformaté ou redimensionné (mais n’est pas encore adapté comme système de fichiers en raison de fonctionnalités manquantes)
    • XFS peut maintenant être redimensionné même s’il n’est pas sur LVM (à condition que la partition ait de la place pour être agrandie)
    • Les systèmes de fichiers exFAT sont affichés comme les systèmes FAT & NTFS (mais exFAT ne peut pas être redimensionné)
    • La fonctionnalité ("Compact OS") du systéme de fichier Ntfs qui peut être utilisé par Windows 10 est désormais prise en charge par l’utilisation du greffon system-compression de ntfs-3g. (mga#21737)
  • La configuration du chargeur d’amorçage est désormais plus fiable : nous conservons l’ancien grub.cfg tant qu’upgrade-grub2 ne l’a pas remplacé (mga#25542)
  • L’installation minimale sur LUKS est amorçable.

Le mode de secours (Rescue)

Le système de secours a été amélioré.

  • L’image des squashfs Rescue Stage2 est maintenant compressée avec Zstd au lieu de Xz pour un démarrage plus rapide.
  • il est légèrement plus rapide à charger (moins de modules sont chargés et nous ne forçons pas les types de systèmes de fichiers)
  • il est capable de réparer les LVM/LUKS chiffrés (mga#22795)

ISO autonome

  • Le démarrage et l’installation de l’ISO autonome sont désormais beaucoup plus rapides, grâce à une détection optimisée du matériel et à l’utilisation de Zstd pour compresser le système de fichiers de base
  • Diskdrake permet désormais d’ajouter des partitions à des ISOs autonomes sur des clés USB (mga#25224).
  • l’ISO autonome démarre maintenant sans configurer X.Org, en s’appuyant sur le mode automatique de X.Org
  • Si l’ISO autonome est installé sur une clé USB avec une partition persistante, cette partition peut maintenant être chiffrée (mga#25191)
  • L’installateur de l’ISO autonome prend désormais en charge la mise en place de médias en ligne et l’installation de mises à jour

Support matériel

  • ARM v7 & AArch64 sont maintenant des architectures assez importantes dans la mesure où tous les paquets y sont désormais construits

Régionalisation (l10n) / Internationalisation (i18n)

Manuels d’utilisations

  • Les manuels pour l’installateur traditionnel et pour le Centre de Contrôle Mageia ont été (partiellement) traduits dans beaucoup plus de langues, voir notre documentation officielle
  • Une capture d’écran en anglais est utilisée lorsqu’une capture d’écran traduite est indisponible pour un manuel HTML.
  • Les manuels PDF et EPUB sont uniquement créés si plus de la moitié des captures d’écran traduites dans la langue locale sont disponibles.

Traductions des logiciels

De nouvelles traductions ont été ajoutées, tandis que d’autres ont été améliorées. Merci à notre communauté de traductrices et de traducteurs dévoués pour leur excellent travail.

Gestion des paquetages

Nouveau RPM

RPM a été mis à niveau en version 4.16.1.2.

Le RPM 4.16 offre des améliorations essentielles au RPM dans son ensemble, notamment :

  • ajout de la détection et de l’optimisation automatique des SSD (désactivé par défaut sur Linux).
  • ajout de la synchronisation du système de fichiers à la fin des transactions (rhbz:1461765)
  • ajout également de fonction de hachage cryptographique SHA256 aux en-têtes gpg-pubkey.
  • Ajout de la prise en charge des méta-dépendances (p. ex. Necessite (meta) : somepkg) qui n’affectent pas la gestion des commandes d’installation/effacement (rhbz#1648721)
  • Prise en charge des générateurs de macros paramétriques
  • Avertissement explicite en cas d’utilisation d’un RPM v3 obsolète (#1007)
  • Exécution plus rapide des processus :
    • Optimisation de plusieurs processus au moyen de la parallélisation jusqu’à %_smp_build_ncpus
    • Optimisation de plusieurs processus au moyen de la parallélisation des threads jusqu’à %_smp_build_nthreads (mais limité au nombre de 4 sur les plateformes 32 bits)
    • Prise en charge des processus parallèles dans brp-strip
    • Priorisation des gros paquets lors de la rédaction des paquets
  • Dorsale :
    • Le système dorsal de la Base de Donnée Berkeley est désormais considéré comme obsolète
    • Ajout d’une implémentation indépendante du support BDB en lecture seule (expérimental)
    • ajout d’une nouvelle dorsale de base de données basée sur SQLite (expérimental)
    • Le NDB n’est plus à l’état expérimental

Plus d’informations sur les changements de RPM 4.14 (qui a été livré avec Mageia 7) à RPM 4.16 sont disponibles sur le site de RPM :

DNF : Le gestionnaire de paquets alternatif

DNF (Dandified Yum) a été introduit comme alternative à urpmi depuis Mageia 6.

DNF est un outil de nouvelle génération de résolution des dépendances et de gestion des paquets de haut niveau qui tire son origine d’un double projets : YUM (Yellowdog Updater, Modified) de Fedora et SAT Solver (libsolv) d’openSUSE. DNF est issu de YUM depuis plusieurs années afin de le réécrire pour utiliser la bibliothèque SAT Solver d’openSUSE et de restructurer massivement la base de code afin de fournir une API robuste pour deux raisons : étendre DNF (via des plugins et des hooks) et pour construire des applications basées dessus (comme des interfaces graphiques et des structures pour la maintenance des systèmes automatisés).

DNF est livré avec un système amélioré de rapports de pannes, un suivi avancé des vulnérabilités, le support pour les grandes dépendances (voir les notes de publication de RPM pour plus de renseignements à ce sujet), et des informations plus détaillées sur les transactions pendant l’exécution des actions.

Mageia 8 est livré avec DNF v4.6.0.

Les mises à jour du système à l’aide de DNF sont prises en charge. Voir le paragraphe sur la mise à niveau avec DNF dans les notes de version pour plus d’informations.

Pour plus d’informations sur la modularité : https://docs.pagure.org/modularity/

Les notes de version de DNF peuvent être consultées ici https://dnf.readthedocs.io/en/latest/release_notes.html

Avec les nouvelles installations par le biais des médias classiques et autonomes, DNF sera installé en parallèle avec urpmi. Selon la méthode utilisée pour la mise à niveau vers Mageia 8, il peut être nécessaire d’installer le paquet dnf pour le rendre disponible.

Pour de plus amples informations sur l’utilisation du DNF, veuillez vous référer à la page wiki : Utilisation de DNF.

AppStream

Nos dépôts RPM-MD (RPM MetaData) (utilisés par DNF et PackageKit) fournissent des métadonnées AppStream. Des outils comme GNOME logiciel (GNOME Desktop, empaqueté en tant que gnome-software) et Plasma Discover (KDE Plasma Desktop, empaqueté en tant que discover) tirent parti des métadonnées AppStream pour améliorer et faciliter la recherche, l’identification et la gestion des applications.

AppStream est une initiative de plusieurs distributions pour améliorer les référentiels logiciels en standardisant les métadonnées des composants logiciels. Il fournit une vue de l’application orientée sur les dépôts de paquets et les spécifications pour les éléments nécessaires à la création des centres d’applications conviviaux.

Consulter le site AppStream pour plus d’informations : https://www.freedesktop.org/wiki/Distributions/AppStream/

perl-URPM et urpmi

  • Doc bénéficie de nouvelles améliorations (p. ex.: URPM & urpm & CPAN)
  • urpmi/perl-URPM supporte une plus large gamme de versions de rpm, de rpm-4.9 à la dernière version 4.16, de perl-5.8 vers perl-5.32
  • Diverses corrections de bogues ont été apportées.
  • Urpmi supporte l’option --reinstall
  • Les métadonnées Urpmi sont compressées avec Zstd au lieu de Xz (analyse plus rapide)
  • n’active pas les médias 32-bit par défaut sur les systèmes 64-bit (mga#24376)
    • sauf sur les systèmes avec EFI 32 bits, où nous avons besoin du support Core 32 bits pour le chargeur d’amorçage
  • Lorsque vous ajoutez des médias pour la distribution, activez les médias 32 bits au besoin (mga#24438)

Outils

Centre de Contrôle Mageia

Autres

MageiaWelcome

L’écran de ‘Bienvenue’, qui est une application qui s’affiche lors du premier démarrage, a été retravaillé pour présenter une approche linéaire. Les étapes se succèdent dans un ordre logique et apportent les éléments importants à savoir et à faire pour tirer le meilleur de son installation récente. Par défaut, cet écran sera lancé à chaque démarrage, mais ce comportement peut être modifié. Même si l’option « Afficher cette page au démarrage » est désactivée, ce programme pourra être exécuté à tout moment (« Bienvenue sur Mageia »).

Sous le capot, Mageia Welcome a recours à Python et QML. La fenêtre peut maintenant être redimensionnée et elle utilise les polices du bureau.

Isodumper

Isodumper est un outil pour produire des images ISO sur des périphériques mémoire, livré avec une fonction de vérification améliorée après l’opération d’écriture. Il recherche le fichier de somme sha3 et la signature correspondante.

La partition « persistante » supplémentaire peut désormais être également chiffrée. Elle sera reconnue uniquement pour les images ISO de Mageia 8 et des versions ultérieures. Consulter ce paragraphe pour plus d’informations.

Docker

L’écosystème Docker (basé sur la version 19.03 du moteur) a été enrichi de nombreux outils supplémentaires tels que docker-compose (orchestration avec support v3), containerd (contrôle de démon runC), docker-registry (partage d’images), docker-machine (installation docker sur un système distant) et python-docker (bibliothèques python 2 et 3 pour gérer les API moteurs).

Outils CD autonome

Avec Mageia 8, les outils CD autonomes ont été redéfinis vers la dernière version. (v27.0).

Pour plus d’informations sur l’utilisation des outils CD autonome, veuillez consulter : Utilisation des outils de CD autonome

draklive2

Le mode GUI a été amélioré pour inclure l’étape de résumé de l’outil d’installation classique, permettant une configuration facile des locales, des fuseaux horaires, des services système et des pare-feu. L’étape de sélection des paquets individuels comprend maintenant un mode simple liste, supprimant les restrictions sur les paquets qui peuvent être sélectionnés.

Pour plus d’informations veuillez consulter : draklive2

PCMemTest

Il s’agit d’une divergence et d’une réécriture majeure de l’utilitaire de test de mémoire Memtest86+. Contrairement à Memtest86+, PCMemTest peut être aussi bien utilisé avec l’UEFI qu’avec l’ancien BIOS (avec la limitation suivante, à savoir qu’au démarrage de l’UEFI, la saisie au clavier fonctionne uniquement si le CSM est activé dans le BIOS). PCMemTest remplace Memtest86+ comme utilitaire de test de mémoire sur toutes les ISO de Mageia. Il peut également être installé dans le système d’un utilisateur, où il sera automatiquement ajouté au menu de démarrage du système.

Système de base

Noyau et prise en charge matériel

  • Mageia 8 est fourni avec le noyau 5.10.16.

La version de ce noyau permet de gérer n’importe quel matériel. Le noyau offre un meilleur support graphique grâce à Mesa 20.3.4.

  • D’autres variétés de noyaux sont incluses, en particulier, kernel-linus (un noyau « Vanilla » sans patch supplémentaire). Consultez Les types de noyaux pour plus d’informations.
  • Les séquenceurs d’entrées/sorties à file unique ont été supprimés en amont depuis les noyaux 5.0. Si vous avez besoin de l’utilitaire ionice, envisagez d’installer un nouveau paquet ionice-scheduler qui active le séquenceur BFQ pour les disques rotatifs.
  • cpupower et powersave

Il y a eu quelques changements à ce sujet depuis la version 5.8 du noyau. Si vous utilisez intel_pstate (pour Sandy Bridge ou les processeurs Intel plus récents). Le comportement par défaut des CPU qui ne prennent pas en charge la gestion de l’état P-states (HWP) géré par le matériel a été modifié et vous devrez ajouter le paramètre du noyau intel_pstate=active pour rétablir le comportement précédent si le nouveau paramètre entraîne une baisse des performances. (Consulter le bogue mga#27191).

Pilotes graphique

Mesa a été mis à jour vers Mesa 20.3.4.

Les pilotes graphiques utilisent désormais la nouvelle implémentation libGL (familièrement appelée « glvnd » : GL Vendor Neutral Dispatch) qui a été développée pour résoudre plusieurs problèmes liés au support OpenGL sur les systèmes Linux modernes.

  • Les utilisateurs et utilisatrices auront la possibilité d’installer Mesa et des pilotes GL tiers en parallèle et de les faire fonctionner.
  • Cela permet des performances et des fonctionnalités supplémentaires pour les configurations GPU hybrides (ordinateurs portables haut de gamme, par exemple).
Système X Window (X11)

Mageia 8 est fourni avec X.Org 1.20.10.

Pilotes vidéo AMD
  • Mageia 8 utilise les pilotes vidéo libres pour les cartes graphiques AMD/ATI, AMDGPU pour les cartes plus récentes et Radeon pour les cartes graphiques plus anciennes. En comparaison avec Mageia 7, le support matériel a été accru et les performances ont été améliorées.

Le pilote propriétaire AMDGPU-PRO fonctionne actuellement uniquement avec X.Org 1.1xx, il ne peut donc pas être utilisé dans Mageia 8.

Pilotes vidéo NVIDIA
  • Le pilote libre Nouveau actuel bénéficie d’un support matériel et de performances accrues par rapport à Mageia 7.
Pilote propriétaire NVIDIA

Les pilotes propriétaires NVIDIA sont fournis dans les dépôts nonfree :

  • Les Processeurs graphiques récents sont pris en charge par le pilote de la série R460 « nvidia-current ». (64 bits seulement)
  • Pour les Processeurs graphiques plus anciens, nous fournissons le pilote propriétaire de la série R390 « nvidia390 ».
  • Cependant, nous abandonnons le pilote R340 « nvidia340 » en raison de problèmes de sécurité dans le blob binaire NVIDIA. Plusieurs Processeurs graphiques R340 concerné sont pris en charge avec la mise à jour du pilote R390. Dans le cas contraire, le pilote nouveau sera utilisé. Si vous rencontrez des difficultés, essayez le pilote X11 vesa ; essayez de modifier la première entrée du menu de démarrage et changez « xdriver=free » en « xdriver=vesa ».
Ordinateurs portables avec Optimus

Certains ordinateurs portables sont équipés de la technologie « graphique hybride », c’est-à-dire qu’ils ont deux GPU : l’un est généralement « interne » (ou « intégré ») au CPU et est appelé IGP (Integrated Graphic Processor), et l’autre est « dédié », externe au CPU et est appelé « discret » (DGP, Discrete/Dedicated Graphics Processor). L’intégré est économe en énergie, tandis que le discret est plus rapide.

Les propriétaires d’ordinateurs portables NVIDIA Optimus (équipé d’un CPU+GPU intégré Intel ou AMD/ATI, plus un GPU NVIDIA discret) disposent maintenant de trois possibilités pour bénéficier de la puissance de leur GPU NVIDIA :

  • Les pilotes libres Nouveau prennent en charge le rendu déporté du GPU Initial (prime render offloading), disponible via la variable d’environnement DRI_PRIME=1 (sauf si le pilote propriétaire NVIDIA est exploité par Mageia-prime entre autres). Reportez-vous à la documentation de Nouveau pour voir comment configurer Xorg pour utiliser NVIDIA Prime avec DRI3.
  • Comme dans Mageia 7, le paquet Bumblebee peut être utilisé pour relier le moniteur au GPU NVIDIA, permettant d’accéder à sa puissance de traitement, mais avec une charge supplémentaire.
  • Un nouvel outil nommé Mageia-prime peut être utilisé pour configurer NVIDIA Prime pris en charge par les noyaux Linux récents et les serveurs Xorg. Il permet de passer complètement à l’utilisation du GPU NVIDIA sans la charge de Bumblebee, et est particulièrement adapté pour être utilisé avec CUDA.

Dans les trois cas, lors de la configuration des pilotes graphiques, il faut, lors de l’installation et avec les outils habituels de Mageia, configurer uniquement le GPU intégré (au moins dans la plupart des configurations Optimus), car il est « généralement » le seul physiquement connecté à un moniteur. (En cas d’échec, essayez l’inverse).

Chargeur d’amorçage

  • GRUB2 est passé à la version 2.04 et certaines fonctionnalités et corrections de bogues ont été incorporées à partir de la future version 2.06.
  • Pour le démarrage UEFI, le Gestionnaire de démarrage rEFInd est maintenant pris en charge en tant qu’alternative à GRUB2.

Environnements graphiques

Tous les environnements de bureau mentionnés ci-dessous sont inclus dans les dépôts en ligne de Mageia, et peuvent être installés en parallèle sur n’importe quel système Mageia 8. Certains d’entre eux sont également inclus sur les supports physiques, Support Autonome et Supports classiques, comme indiqué dans chaque section.

Plasma

Plasma, le nouvel environnement de bureau de la communauté KDE, est fourni en version 5.20.4, construit sur la base de Qt 5.15.2 et de KDE Frameworks 5.76 et avec les applications KDE 20.12.0.

Si vous voulez essayer Plasma sous Wayland, installer Plasma-workspace-wayland, et il devrait apparaître dans la liste des environnements de bureau de votre gestionnaire d’affichage préféré au moment de la connexion.

Notez également que la session Wayland avec les pilotes nonfree 455 (actuels) de Nvidia est disponible en s’assurant que « nokmsboot » est supprimé et que « nouveau.modeset=0 » est passé à la ligne de commande du noyau. Il est fourni en tant que démonstration technologique pour les personnes qui testent.

Simple Desktop Display Manager (SDDM) est le gestionnaire d’affichage par défaut pour l’environnement Plasma.

Si vous avez activé Compiz dans Mageia 7, désactivez-le avant la mise à niveau, voir les Errata.

Plasma possède un Support Autonome spécifique de 64 bits et il peut également être installé à partir de l’image ISO classique (installateur traditionnel).

GNOME

GNOME 3.38.3 est fourni. Il s’exécute maintenant par défaut avec Wayland, mais fournit également une session alternative « GNOME sur Xorg ». Notez qu’avec les pilotes nonfree de Nvidia, GNOME démarre par défaut une session X11.

Une session « Gnome Classic » est également fournie pour celles et ceux qui préfèrent le comportement de GNOME 2.

GNOME possède un Support Autonome spécifique de 64 bits et il peut également être installé à partir de l’image ISO de l’installation classique.

LXDE

L’environnement de bureau très léger et basé sur GTK+2 est toujours disponible et continue d’être amélioré en amont et par notre mainteneur Mageia, même si la communauté s’est partiellement recentrée sur LXQt.

LXDE peut être installé à partir de l’image ISO de l’installation classique.

Xfce

Xfce 4.16 est fourni.

Xfce dispose de Supports Autonomes 32 et 64 bits dédiés et peut également être installé à partir de l’image ISO classique (l’outil d’installation traditionnel).

LXQt

LXQt 0.16.0 est fourni.

LXQt ne peut pas être installé directement à partir de l’image ISO classique (installateur traditionnel) dû à des contraintes d’espace sur les ISOs. Les médias en ligne doivent être ajoutés pour permettre plus d’options lors de l’installation initiale. Ceci est expliqué dans notre documentation. En tant que compositeur de transparence en combinaison avec openbox, picom remplace comptonpeut nécessiter un ajustement manuel.

MATE

MATE 1.24.2 est fourni.

MATE peut être installé à partir de l’image ISO classique. Mais, à cause des contraintes de volume de données sur le support DVD, certaines applications comme mate-screenshot (utilisaire de capture d’écran) ne sont pas incluses dans l’image ISO. Les utilisateurs doivent installer le paquetage task-mate après l’installation initiale pour obtenir un environnement complet.

Cinnamon

Cinnamon 4.8.3 est fourni.

Cinnamon peut être installé à partir de l’image ISO classique (installateur traditionnel).

Enlightenment

Le groupe de paquetages Enlightenment est disponible avec E24.2 et les Bibliothèques de la Fondation Enlightenment (EFL)1.25.1, -- y compris les paquets Elementary, Evas-generic-loaders et Evas-generic-players. Parmi les points forts de cette version, citons la prise en charge de Bluez5, un outil de capture d’écran amélioré, un module de contrôle musical plus flexible, le moniteur système Evisum, l’agent d’authentification Polkit-EFL désormais intégré, et une configuration séparée pour les applications à charger lors du redémarrage de E. Pour plus de détails sur cette version, voir cette page

Bien sûr, Mageia comprend l’interface utilisateur Econnman de E pour le gestionnaire de connexion Connman, ainsi que trois applications EFL : l’émulateur de terminal avancé Terminology, la visionneuse d’images Ephoto agile et le lecteur vidéo léger Rage. Comme pour la version précédente, Mageia 8 propose également un thème propre à Mageia par défaut.

Pour celles et ceux qui sont nouveaux ou qui reviennent à E, les applications et processus de démarrage (tels que l’applet en ligne Mageia pour les notifications de mise à jour) ne sont pas automatiquement récupérés dans /etc/xdg/autostart, mais sont activés au démarrage en allant dans Menu principal > Paramètres > Applications > Applications de démarrage} et en ajoutant les applications et les processus système souhaités. Seules les applications qui sont chargées lors du redémarrage de l’environnement de bureau sont traitées séparément depuis une liste disponible via Menu principal > Paramètres > Applications > Redémarrer les applications.

La boite miniature d’Enlightenment, qui utilise les notifications SNI appindicator, est un module séparé qui doit être chargé (Menu principal > Paramètres > Modules) et ajouté à une section (panel), où l’applet en ligne Mageia et Netapplet seront affichés (lorsqu’ils sont activés) avec d’autres. Les applications Gtk avec appindicator (par exemple, le greffon indicateur Ubuntu pour Pidgin) ont maintenant leurs icônes correctement affichées aussi.

Actuellement, deux problèmes ont été identifiés. Tout d’abord, Mageia permet à systemd-networkd de gérer la mise en réseau par défaut. Celles et ceux qui préfèrent utiliser connman avec l’interface Econnman constateront qu’il est parfois non opérationnel (après avoir désactivé systemd-networkd et activé connman.service), peut-être en raison de la configuration par défaut de wpa_supplicant. (Un gadget indépendant de connexion sans fil est développé depuis peu pour administrer des gestionnaires réseaux multiples, mais il n’est pas encore inclus dans les dépôts de Mageia.) Deuxièmement, Le redémarrage de E entraîne parfois un avertissement indiquant que le cache Efreet n’a pas été mis à jour. En général, ce problème peut être ignoré, car il résulte d’un délai d’attente qui semble encore trop court pour certains systèmes.

Gestionnaires de fenêtres légers

Vous pouvez aussi garder votre installation Mageia 8 encore plus légère, et nous fournissons pour cela une pléthore de petits gestionnaires de fenêtres efficaces. Vous pouvez trouver afterstep, awesome, dwm, fluxbox, fvwm2, fvwm-crystal, i3, icewm, jwm, matchbox, openbox, pekwm, sugar, swm, et windowmaker. Après l’installation, ils apparaissent dans le menu de connexion de votre gestionnaire d’affichage.

IceWM

IceWM est installé par défaut comme environnement de bureau de sauvegarde même si vous sélectionnez Plasma ou GNOME avec l’installateur. Il est également présent dans toutes les ISO autonomes.

Pour le lancer, vous devez sélectionner « icewm-session » dans le menu de connexion de votre gestionnaire d’affichage.

Applications bureautiques

LibreOffice est passé à la version 7.0.4.2. Voir les official notes de publication officielles pour plus de détails.

Applications Internet

Iceape est abandonné, car Seamonkey n’a pas encore été porté sur python 3. Note : Vous avez besoin d’exporter du contenu avant la mise à niveau de Mageia ! Pour vous guider, voir mga#26593#c14 et recherchez également sur Internet.

Logiciels multimedia

Le dernier brevet ayant expiré en avril 2017, l’encodage mp3 est maintenant valable dans les dépôts Core. Il est, toutefois, toujours nécessaire d’utiliser les dépôts Tainted pour l’encodage H.264, H.265/HEVC et AAC.

Éditeurs de texte

  • Vim est passé en version 8.2.1522
  • NeoVim 0.4.4 est également inclus

Jeux

Dans la communauté Mageia, notre amour pour les logiciels libres s’étend aux jeux open source. Un effort considérable au cours du cycle de développement de Mageia 8 a été fait pour empaqueter de nombreux nouveaux jeux, faisant de Mageia 8 une très bonne plateforme pour les joueurs réguliers et occasionnels. Vous pouvez aller sur Mageia App DB (la base de donnée des applications Mageia) pour voir une liste de tous jeux nouveaux et mis à jour dans Mageia 8. La section suivante ne donne que quelques exemples choisis pour chaque catégorie de jeu.

Éducation

Mageia 8 est livré avec gcompris-qt 1.0 qui apporte quelques nouvelles activités.

Nous avons fait partie des donateurs en février 2015 pour l’amélioration de l’interface graphique de ce projet très important.

Développement Logiciel

Compilateurs et outils

Glibc est passé en version 2.32. GCC est passé en version 10.2, GDB en 10.1 et Valgrind en 3.16.1. LLVM est monté en version 11.1.

Firebird a été mis à jour dans sa version 3.0.7

IPython a été mis à jour en version 7.19.

La plupart des librairies ont été mises à jour dans leurs versions stables la plus récente (assistance longue durée quand cela est disponible), comme Qt 5.15.2 et GTK+ en 3.24.24. GTK4 est également fourni en version 4.10 Tcl/Tk est en version 8.6.10.

Ocaml a été mis à jour en version 4.10

La pile Java a été mise à jour en version 11, java 8 est toujours disponible mais n’est pas la version par défaut.

Mono a été mis à jour en version 6.10

La pile MinGW a été mise à jour.

Groupe de virtualisation

QEmu a été mis à jour en version 5.2.

libvirt est maintenant disponible en version 7.0, virt-manager en version 3.2.0, libguestfs en version 1.44.

Xen est en version 4.14

VirtualBox

VirtualBox est en version 6.1.18.

Remarque : Dans la série 6.1, VirtualBox prend uniquement en charge les hôtes x86_64. Un hôte 32 bits existant sera supprimé!

Groupe de langages

Python 3 est passé en version 3.8.7. Python 2 est en cours de retrait (la plupart des modules python2 ont déjà été supprimés).

Perl a été mis à jour en version 5.32.1.

Ruby est passé en version 2.7.2.

Rust est en version 1.49.0. Il sera mis à jour pendant la durée du support de Mageia 8 afin de suivre les nouveaux développements.

PHP est passé en version 8.0.2, ce qui permet d’améliorer encore les performances.

Applications serveur

Nginx

La nouvelle installation du serveur http nginx utilise l’utilisateur « apache » :Les serveurs web de Mageia sont censés utiliser l’utilisateur « apache » créé par le paquet webserver-base (qu’ils doivent ensuite demander). Ce paquet n’utilise plus un utilisateur « nginx » qui corrige le bogue mga#26183

Nextcloud

Au moment de sa publication, Mageia 8 n’avait pas de serveur Nextcloud empaqueté, car la version 21 – la première à supporter PHP8 – n’était pas encore sortie.

Le côté positif est que nous offrons deux possibilités :

  • Nextcloud 21 est présent dans le dépôt backports de Mageia 8. mga#28511
  • En bas de la page Nextcloud du wiki, vous trouverez un lien vers les instructions pour une installation manuelle.
Warning.png
Attention !
Les versions de NextCloud antérieures à la version 21 ne fonctionnernt pas sur Mageia 8 en raison de l’abandon de PHP7.


Mageia 7 est livré avec NextCloud 15 dans le dépôt core release. L’installation de NextCloud ne doit pas sauter une version majeure ! C’est pourquoi avant de passer à Mageia 8, vous devez mettre à jour NextCloud successivement en version 16, 17, 18, 19, puis 20. Vous trouverez ces versions dans les dépôts backports de Mageia 7. Pour chaque mise à jour, assurez-vous également que les applications sont disponibles (elles sont actualisées en utilisant l’interface NextCloud) dans la mesure où certaines sont plus faciles à désactiver ou à désinstaller avant chaque mise à jour, puis activées après coup. Vérifier en outre que NextCloud, y compris toutes les applications, fonctionne après chaque mise à jour et consultez les journaux. Avant de commencer le processus, il est recommandé de faire des sauvegardes. Vous pouvez également consulter les instructions d’évolution sur NextCloud.

Mise à niveau depuis Mageia 7

Voir aussi Comment choisir la meilleure méthode de mise à niveau.

La mise à niveau de Mageia 7 est prise en charge, et a été affinée au cours des derniers mois.

Notepad.png
À noter !
Veuillez également lire chapitre « Problème de mise à niveau »sur les erratas de Mageia 8.


Préparations

  • Sauvegardez toutes les données importantes.
  • Effectuer une mise à jour complète du système (surtout rpm et urpmi).
  • Toutes les bibliothèques de développement 32 bits doivent être désinstallées sur un système 64 bits. Vous pouvez les identifier par le mot « devel » dans le nom. Pour savoir si votre système contient de telles bibliothèques, vous pouvez utiliser la commande :
rpm -qa --queryformat "%{NAME}-%{version}-%{RELEASE}-%{ARCH}\n" |grep i586 |grep devel
  • Si des dépôts tiers, tels que Google, ont été ajoutés lors de l’utilisation de Mageia 7, veillez à effectuer une sauvegarde du fichier urpmi.cfg situé dans le répertoire /etc/urpmi.
  • Il est bon de libérer un peu d’espace, en particulier de désinstaller les anciens noyaux.
  • Assurez-vous d’avoir installé le paquet task-* pour votre environement de bureau préféré. Cela garantit que tous les paquets nécessaires pour le bureau seront disponibles après la mise à niveau. Exemple : task-plasma. Si vous n’avez pas besoin d’un ensemble complet de plasma, vous pouvez vous contenter de task-plasma-minimal. D’autres environements de bureau suivent le même shéma, tels que task-gnome, task-xfce, etc, certains ont aussi la variante « -minimal ».

Non pris en charge

  • Mise à niveau depuis Mageia 6 (ou versions les antérieures)
  • Utilisation de l’une des images autonome – en raison de la copie de l’image autonome « telle quelle » sur le système cible.
  • La mise à niveau d’une installation de Mageia en mode BIOS hérité (LEGACY), vers Mageia 8 en mode UEFI est EXCLUE.

– Dans ces cas, vous devez faire une nouvelle installation. (en conservant éventuellement le répertoire /home)

Mise à niveau par internet

L’applet de notification des mises à jour vous informera qu’une nouvelle version de Mageia est disponible, et, vous demandera si vous souhaitez effectuer une mise à niveau. Si vous acceptez, la mise à niveau se déroulera sans aucune autre intervention.

Si vous avez désactivé l’applet, ou si elle ne tourne plus de manière automatique pour une raison quelconque, vous pouvez effectuer la mise à niveau manuellement soit en utilisant l’interface graphique (mgaonline) ou la ligne de commande (urpmi/dnf system-upgrade). Les deux méthodes sont détaillées ci-après.

Avant de commencer la montée en version, faites une mise à jour complète de votre système et assurez-vous que vous disposez de suffisamment d’espace disque libre, au moins 2 Go selon la configuration. Voir une méthode fiable au paragraphe Mise à niveau en ligne, à l’aide d’urpmi (ILC) ci-dessous.

Notepad.png
À noter !
Dans la mesure du possible, utilisez une connexion Internet filaire, surtout si vous avez recours des pilotes Wi-Fi non libres.


Mise à niveau en ligne, avec mgaonline (GUI)

  1. Assurez-vous que tous les dispositifs de verrouillage des écrans sont désactivés.
  2. Utilisez l’icône Mageia Online dans la zone de notification pour lancer la mise à niveau.

- Si la mise à niveau n’est pas proposée :

Après un redémarrage, l’icône de mise à niveau bleue doit apparaître lorsque Mageia Online vérifie les mises à jour. Si Mageia 7 a atteint sa fin de vie, il sera orange et une fenêtre contextuelle vous averti que Mageia 7 n’est plus pris en charge.

Vous pouvez également lancer le processus de mise à niveau en saisissant dans un terminal :

Konsole.png
[user@computer ~]$ su -c 'mgaapplet-upgrade-helper --new_distro_version=8'


Cela vous informera de la disponibilité de la nouvelle distribution de Mageia 8, configurera les sources et lancera la migration.

Mise à niveau en ligne, à l’aide d’urpmi (ILC)

Le système de démarrage étant déjà en train de déchiffrer la partition, cette méthode est utile lorsque la partition racine est chiffrée.

Il existe plusieurs solutions pour obtenir une interface de ligne de commande (CLI).

La meilleure méthode pour effectuer une mise à niveau est d’utiliser le niveau d’exécution 3 afin que le serveur X et l’environnement graphique ne soient pas en cours d’exécution.

De ce fait, en utilisant le niveau d’exécution 3, la mise à niveau devrait être plus propre en comparaison avec l’utilisation du terminal, car moins de programmes sont en cours d’exécution, ce qui pourrait potentiellement gâcher la mise à niveau.

Si vous avez installé dnf, vous devez désactiver la mise à jour du cache, en raison d’un plantage d’urpmi lors de l’exécution de la mise à jour. Les instructions sont décrites ci-dessous. Consulter le bogue mga#25072

Le niveau d’exécution 3 peut être activé en ajoutant « 3 » à la ligne de commande du noyau en l’éditant au démarrage pour obtenir ensuite une invite de connexion. Une autre option est d’utiliser la commande :systemctl isolate multi-user.target

Il est sage d’exécuter script upgrade_log.txt pour capturer les messages de mise à niveau avant de lancer les commandes qui vont suivre, juste au cas où une panne se produirait. Les messages des commandes seront enregistrés dans le fichier upgrade_log.txt. Utiliser exit pour quitter le « script ».

Voici les étapes générales de la mise à niveau :

  • se connecter en tant qu’utilisateur root :
Konsole.png
[user@computer ~]$/bin/su -
password:
[root@computer ~]# _
Warning.png
Attention !
À partir de ce point, toutes les commandes sont à effectuer dans un terminal avec les droits root
  • Comme recommandé précédemment, assurez-vous que votre système est mis à jour
urpmi --auto-update --auto --force
  • Désactiver dnf makecache (cette étape peut être ignorée si dnf n’est pas installé)
systemctl stop dnf-makecache.service
systemctl stop dnf-makecache.timer && systemctl daemon-reload
  • Supprimer toutes les sources existantes des médias sur votre système en exécutant cette commande :
urpmi.removemedia -a
  • Ajoutez également les sources en ligne de Mageia 8 :
    • En utilisant la méthode MIRRORLIST (qui sélectionnera automatiquement un miroir en fonction de votre situation géographique) :
    urpmi.addmedia --distrib --mirrorlist 'http://mirrors.mageia.org/api/mageia.8.$ARCH.list'
    (urpmi sait ce qu’il faut substituer à $ARCH)
    • Utiliser un miroir de médias spécifique :
    urpmi.addmedia --distrib <mirror_url>
    Vous pouvez consulter la base de données des mirroirs Mageia.
  • Enfin, commencez la mise à niveau :
urpmi --auto-update --auto --force
  • Il est préférable d’exécuter la commande ci-dessus deux fois, parce que certains paquetages peuvent être téléchargés sans être installés le premier coup.
Notepad.png
À noter !

Il est souvent judicieux, lorsque vous disposez de suffisamment d’espace disque libre, de tester la mise à niveau avant de l’effectuer.
Avec cette commande : urpmi --auto-update --auto --force --download-all --test tous les paquets sont téléchargés et la « mise à jour » est seulement une simulation. Cela nécessite beaucoup d’espace libre avant de commencer le test, disons plus de 2 Go d’espace libre sur la partition /var (la partition racine / pour les personnes qui n’ont pas de partition /var). (Si vous avez plusieurs environnements de bureaux lourds et de nombreux programmes, vous aurez peut-être besoin de davantage. Si c’est seulement un environnement de bureau léger, vous aurez besoin de moins). Au cas où vous auriez de l’espace sur une autre partition, vous pouvez indiquer la destination des fichiers téléchargés en ajoutant un chemin d’accès pointant vers cette partition après le terme --download-all.
Si le résultat est satisfaisant, alors effectuez une véritable mise à jour avec la commande urpmi --auto-update --auto --force --download-all (identique mais sans --test). Indiquez également le chemin d’accès aux fichiers téléchargés si cela a été précisé précédemment.

Si le résultat est mauvais, restaurez les dépôts de Mageia 7 avec urpmi.removemedia -a et urpmi.addmedia --distrib --mirrorlist 'http://mirrors.mageia.org/api/mageia.7.$ARCH.list' comme ci-dessus, et nettoyez le cache au moyen de urpmi --clean .


Mise à niveau en ligne, à l’aide de DNF (CLI)

Si vous utilisez le gestionnaire de logiciels DNF (et que vous l’avez correctement configuré selon les indications du wiki sur l’utilisation de DNF), vous pouvez mettre à niveau vers Mageia 8 en seulement quelques étapes (notez que toutes les commandes doivent être exécutées en tant que root) :

  1. S’assurer que le système actuel est à jour : dnf upgrade
  2. Installer le greffon dnf system-upgrade : dnf install 'dnf-command(system-upgrade)'
  3. Exécutez-le : dnf system-upgrade --releasever 8 download --allowerasing.
    1. DNF vérifiera si l’espace est satisfaisant avant de télécharger les paquets, et vous indiquera combien d’espace est nécessaire. Si vous ne disposez pas de ce qui est indiqué plus quelques centaines de Mo d’espace libre sur la partition /var (si /var n’est pas séparée mais fait partie de la partition /, ajoutez quelques centaines de Mo supplémentaires), alors soit vous faites suffisamment d’espace, soit vous ajoutez l’option --downloaddir path_to_directory_with_free_space à cette commande et aux commandes suivantes de mise à niveau du système. De plus, si vous avez une partition /boot séparée, assurez-vous qu’elle dispose de l’espace suffisant pour ajouter deux noyaux. Assurez-vous également que la partition / a de l’espace supplémentaire pour les nouveaux programmes plus importants.
    2. Lorsque vous savez que tout l’espace est suffisant, dites oui pour le laisser télécharger. DNF effectuera également un test de transaction à blanc.
  4. Si le test de téléchargement et de transaction a réussi,
    1. Sauvegardez votre travail, et fermez les applications !
    2. Déclencher la mise à niveau : dnf system-upgrade reboot. /!\ NOTE:'' Cela redémarre immédiatement votre système ! /!\

Maintenant, savourez une boisson tout en regardant les bulles de notre écran de démarrage – et au-dessus, les messages qui se déroulent. Une fois terminé, le système redémarre pour vous permettre de profiter de votre nouvelle Mageia.

En utilisant le support classique de Mageia 8 pour la mise à niveau

Vous pouvez utiliser le DVD traditionnel de Mageia 8 (pas l’édition autonome) pour effectuer une installation propre, mais aussi pour faire une mise à niveau depuis Mageia 7.

Pour mettre à niveau :

  • téléchargez l’image ISO depuis la page de téléchargement de Mageia et gravez-la sur un DVD, ou installez-la sur une clé USB, pour plus de détails sur ce point, jetez un œil à support d’installation disponibles.
  • Démarrez à partir du support et assurez-vous qu’il démarre dans le même mode Legacy/BIOS ou UEFI que Mageia 7.
  • Selectionner « Installer Mageia 8 » dans le menu GRUB (le chargeur d’amorçage).
  • choisir l’option mise à jour.

Il est recommandé que les dépôts en ligne soient configurés, si possible, au cours de la mise à jour parce que l’ISO contient seulement une partie de l’ensemble des dépôts en ligne de Mageia

Cela est particulièrement important si vous utilisez des paquets 32bits essentiels dans une installation 64bits, car l’ISO 64bits contiendra uniquement les paquetages de 64bits, si bien que la mise à niveau risque d’échouer si vous omettez d’ajouter les dépôts en ligne.

En outre, il est possible que Mageia 7 ait reçu une mise à jour d’une version de logiciel plus récente que celle disponible sur l’ISO. Lorsque cela se produit, la mise à jour peut échouer. Comme il est impossible, au moment où les ISOs sont testées, de prévoir quels paquets de Mageia 7 peuvent être mis à jour dans l’avenir, les mises à niveau hors ligne (c.-⁠à-⁠d. mises à niveau tentées sans configurer les dépôts en ligne) ne sont pas pris en charge.

Au premier redémarrage, utilisez la commande 'urpmi --auto-update' pour s’assurer que tous les paquets ont été mis à jour.

Mise à niveau d’une installation chiffrée

Premièrement, en ce qui concerne le système Mageia 7 :

  • Supprimez les noyaux inutiles et les gros programmes dont vous n’avez pas besoin.
  • Effectuer une mise à jour complète
  • Notez les supports auxquels vous avez recours et ceux qui ont été utilisés (les Tainted sont-ils activés ? S’il s’agit d’un système 64 bits, est-ce-que les médias 32 sont activés ?)
  • Notez les partitions utilisées et leurs points de montage.

Ensuite, préparez et démarrez l’installateur traditionnel comme décrit ci-dessus, et :

  • Sélectionner l’installation, la langue, accepter la licence, sélectionner le pays, le clavier, personnaliser le partitionnement.
  • Cliquez sur vos partitions chiffrées, sélectionnez Utiliser et saisissez votre clé.
  • S’il s’agit de LVM, un nouvel onglet contenant les partitions LV apparaît.
  • Définissez les points de montage respectifs pour toutes les partitions requises, excepté « la partition d’échange » (comme dans les notes ci-dessus ou si elles sont reconnues par le nom, la taille et le type de la partition. N’oubliez pas la partition /boot à l’extérieur de la LVM chiffrée).
  • IMPORTANT : Après avoir cliqué sur « Suivant », assurez-vous de désélectionner le formatage de toutes les partitions ! Ou, si vous voulez un nouveau système mais que vous souhaitez conserver les données des utilisateurs : formater /boot, / et éventuellement /usr /tmp etc que vous avez, MAIS SURTOUT PAS /home.
  • Vous devez activer toutes les sources de médias que vous avez utilisées précédemment avec votre installation de Mageia (utilisez vos notes ci-dessus) – à l’exception des backports.
  • Comme pour une installation non chiffrée, il est recommandé de mettre en place les dépôts en ligne, y compris les dépôts de mise à jour pertinents.

Problèmes connus

Action de l’utilisateur est nécessaire

Les actions nécessaires de l’utilisateur qui ne sont pas décrites ailleurs sur cette page ni dans les Errata.

VeraCrypt

Après la mise à niveau vers Mageia 8, VeraCrypt ne fonctionne plus avec sudo comme auparavant. mga#28001

Depuis veracrypt-1.24u2 vous devez ajouter le commutateur de ligne de commande '--use-dummy-sudo-password' au démarrage de VeraCrypt pour obtenir l’ancien comportement avec sudo. Voir aussi sur le forum Arch Linux.

Bogues

Voir la page Errata.

Signaler un bogue

Nous avons un bugzilla. Avant de signaler un bogue, veuillez lire les Errata et aussi faire une recherche dans le bugzilla pour voir si le problème est déjà signalé. Si c’est le cas, vous pouvez peut-être ajouter des informations utiles, ou aider à tester une mise à jour proposée. Pour contribuer, vous avez besoin d’un compte Mageia, que vous pouvez créer à l’adresse https://identity.mageia.org/. Si vous ne savez pas comment rapporter un bogue consultez cette page.


Vous êtes également les bienvenus sur notre Forum. Pour la phase de développement, visitez la section cauldron la prochaine version de mageia.

Paquetages retirés de la distribution

Sans suppression lors de la mise à niveau

Les paquetages suivants sont retirés de la distribution. Ils ne seront pas affectés par le processus de mise à niveau, et devraient continuer à fonctionner, mais ne bénéficieront plus de support dans le cas contraire. De plus, ils ne recevront plus de mises à jour, ce qui signifie qu’ils risquent d’être dépassés par les versions à venir d’abord, et potentiellement exposés à des problèmes de sécurité ensuite. Vous devriez probablement passer à une version supérieure de votre propre chef.

La catégorie contient les paquetages suivants :

  • GLPI et ses extensions déjà empaquetées
  • galette
  • Nextcloud (temporairement)
  • PyCharm-community
  • Scilab
  • MysqlWorkbench

Avec suppression lors de la mise à niveau

Les paquetages suivants sont retirés de la distribution et marqués comme obsolètes dans le paquetage task-obsolete : ils seront supprimés par le processus de mise à niveau.

Cette catégorie contient les paquetages suivants :